anxiete

L’anxiété : s’en défaire en se posant les bonnes questions !

L’anxiété est avant tout une réaction salutaire de notre organisme face à une situation nouvelle ou de crise. Mais lorsqu’elle devient pathologique, on a tôt fait de recourir aux anxiolytiques… La naturopathie préfère assainir le corps et l’esprit pour amorcer un changement en profondeur.

solution-pour-l-anxiété

 

Valérie, 24 ans, étudiante en histoire de l’art, prépare ses partiels de fin d’année. Elle s’inquiète pour l’épreuve à venir.
Tous les ans, c’est la même chose : elle a les mains moites, la mémoire qui flanche, les jambes qui tremblent au moment de rentrer dans la salle d’examen. La crise d’anxiété est bien présente. Et pourtant l’anxiété est un processus normal, et même nécessaire à la vie de tous les jours. Par sa fonction adaptative, elle pousse le sujet à se mobiliser pour affronter une situation difficile. Comme ici dans le cas d’un examen à venir.
Mais l’anxiété, c’est aussi de l’inquiétude pour la santé d’un proche, une réaction vive pour éviter un accident ou faire face à une catastrophe. L’anxiété est un état qui nous permet de mobiliser notre attention, d’élever notre vigilance dans des situations de nouveauté, de choix, de crise ou de conflit.
En revanche, elle devient pathologique et invalidante lorsqu’elle se montre permanente, sans raison liée aux événements, lorsqu’elle aboutit à une prise de médicaments, entraîne des états dépressifs ou des phénomènes de dépendance et d’addiction : pharmacologique, alcoolique, toxicomaniaque ou relationnelle.

 

L’anxiété touche environ 10% de la population française. Elle se traduit par un sentiment d’inquiétude diffus qui peut aller jusqu’au désarroi profond. Les personnes atteintes se sentent faibles physiquement et moralement. Elles deviennent plus dépendantes, susceptibles, et s’agitent facilement sans raison ou restent paralysées par la panique qui les envahit. Ce sentiment peut finir par altérer la pensée et le fonctionnement quotidien de la personne souffrante. Bien souvent, l’anxiété et ses symptômes conduisent à l’insomnie et aux cauchemars.

Les personnes atteintes tentent alors d’atténuer leurs symptômes par la prise de médicaments anAnxiétéxiolytiques ou d’alcool. Parfois les deux. Si rien ne s’améliore, l’anxiété peut dégénérer en troubles plus graves pour se transformer peu à peu en dépression majeure qui à son tour, dans quelques cas extrêmes, aboutit au suicide.

Pour éviter ce schéma en crescendo dans le mal-être et pour sortir des crises d’anxiété, les naturopathes poussent les personnes atteintes à se poser les bonnes questions : sur leur qualité de vie, leurs habitudes alimentaires et de sommeil, ou leur façon d’appréhender la vie. Ils préconisent aussi un ensemble de plantes modulatrices et équilibrantes du système nerveux afin de prendre en charge efficacement ces troubles et leurs extrêmes : l’énervement ou l’apathie.

 

Les 3 points à surveiller pour se libérer de l’anxiété :

L’approche naturopathique constitue une vraie réponse aux dépendances et aux limitations. Elle se situe, de plus, à l’opposé de l’approche qui consiste à prescrire une armada de médicaments. Cet arsenal chimique ne faisant que masquer le mal-être. Tout d’abord, il faut garder à l’esprit qu’une mauvaise alimentation, un mauvais sommeil et un foie affaibli font le lit des crises d’anxiété.

Alimentation-anxiété1 – Une alimentation saine est la première condition pour atténuer les symptômes. Et plus particulièrement le soir avant la phase de sommeil, il faut éviter les excitants, l’alcool, et au contraire privilégier un repas selon la méthode du docteur Catherine Kousmine.
Elle avait une formule préférée à ce sujet : « Il faut prendre un petit-déjeuner de roi, un déjeuner de prince et un dîner de pauvre ». Un « dîner de pauvre » au menu duquel il convient de mettre des aliments de saison qui vont dans le sens de l’activité nocturne. C’est notamment le cas des salades : laitue, scarole, romaine, endives et mâche contiennent en effet un suc blanchâtre aux vertus calmante et hypnotique. Il est utile d’éviter les sucres rapides et de privilégier des sucres lents de types pâtes complètes ou riz complet. On évitera les protéines animales ainsi que des repas pris après 20h.

 

2 – Une mauvaise qualité de sommeil suffit à rompre l’équilibre physiologique et à déclencher facilement des crises d’anxiété. Le conseil le plus simple mais le plus efficace est de dormir dans le noir complet. Il suffit en effet d’une faible lumière qui filtre de l’extérieur ou qui provient d’une autre pièce pour perturber le sommeil. Pendant la journée, a contrario, il faut rechercher au maximum la lumière du jour : la quantité et surtout l’intensité de lumière reçue influent de façon déterminantesommeil-anxiété sur les rythmes chronobiologiques et sur l’alternance entre veille et sommeil. C’est pourquoi il est important d’avoir des rendez-vous fixes avec son oreiller.
Se coucher à heure fixe permet à l’organisme de déclencher avec régularité les phases de récupération. Les sommeils qui ne procurent pas de récupération sont ceux qui n’ont pas permis au corps une détente complète. Changer ses heures de repos peut « leurrer » l’organisme : il va ainsi enclencher une phase de récupération alors qu’on est en veille ou, inversement, maintenir la tension et la vigilance alors qu’on voudrait dormir. N’oublions pas que c’est aussi par la perturbation du sommeil que la fatigue nerveuse s’installe et que l’anxiété apparaît. Autre précaution, la télévision n’est pas un meuble adapté à la chambre à coucher. Comme tous les écrans, elle perturbe et retarde l’endormissement et peut aussi nuire à la qualité du sommeil en général.

 

Foie-anxiété3 – La santé du foie est prépondérante pour atténuer les phases d’anxiété. Le foie joue, entre autres, un rôle de filtre : il nettoie le sang. Si cette épuration se fait mal, le sang est alors un mauvais vecteur pour le transport de l’oxygène. Et qui dit mauvaise oxygénation dit mauvais fonctionnement cérébral. Le cerveau a en effet besoin d’être correctement et régulièrement approvisionné en oxygène. A défaut, le fonctionnement général est altéré et avec lui, le système nerveux, la qualité du sommeil comme celle des idées. Peu d’oxygène, beaucoup d’idées noires.
L’anxiété touche d’ailleurs beaucoup les gens atteints de faiblesses cardiaques et respiratoires. Pour remédier à ce problème, rien de mieux qu’une tisane dépurative pour détoxifier le foie à chaque changement de saison. De nombreuses plantes sont indiquées pour cela.

 

Les glandes de l’anxiété : notre conseil !

Il y a des glandes hormonales en cause dans le déclenchement de l’anxiété, ce sont les surrénales. La perturbation des surrénales peut avoir pour origine un déséquilibre général de l’organisme dû à des carences alimentaires, un choc physique ou émotionnel, un grand stress ou une étape difficile comme les suites d’une grossesse. Les symptômes sont une difficulté à appréhender la vie, des peurs constantes, des mictions fréquentes et un terrain à cystites répétitives. Pour retrouver l’équilibre des surrénales, il suffit de renforcer la fonction rénale car les reins et les surrénales se traitent comme un seul organe. Si l’on veut les renforcer au mieux, il faut agir avec tact sur tout le complexe rénal Les surrénales sont tellement délicates à manier qu’il vaut mieux ne pas les viser directement. Il est donc préférable de relancer l’action urinaire avec des plantes spécifiques comme la verge d’or pour obtenir une réponse subtile de la part des surrénales.

Retrouvez une approche de la vie adéquate : une des solutions à l’anxiété !

Pour certains anxieux apathiques, la situation est plus triste encore car pour eux la vie est lisse, fade, « sans odeur et sans saveur ». Un changement de perspective dans la façon de regarder la vie et les situations peut réellement influer sur les symptômes.
On obtient d’ailleurs de très bons résultats avec des méthodes douces de relaxation, de la sophrologie ou encore des arts martiaux.
Les Élixirs Floraux peuvent aussi être d’une grande aide conscientiser des émotions enfouies.

Si vous souffrez d’anxiété, n’attendez pas que les choses s’installent. En agissant rapidement et globalement, vous éviterez la chronicité et les problèmes qui en découlent.

3 réflexions au sujet de « L’anxiété : s’en défaire en se posant les bonnes questions ! »

  1. Ping : Dépendance : comprendre pour s'en sortir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>