asthme-respiration

Protéger sa peau du soleil naturellement ? C’est possible !

Peau et soleil : comment les faire cohabiter en harmonie ?

Depuis quelques années, scientifiques et médecins nous alertent contre les méfaits d’une exposition prolongée au soleil. Faut-il alors se passer des nombreux bienfaits du soleil ? Ce serait dommage, nous en profitons si peu ! Bien protéger sa peau du soleil est donc une sage décision. Et se protéger en faisant appel à la nature est une décision encore plus sage. Car la nature sait ce qu’est le soleil… depuis plus d’un milliard d’années, elle s’est frottée et adaptée au rayonnement solaire et a développé des trésors de solutions dont nous pouvons profiter aujourd’hui, notamment grâce aux plantes.

Le soleil, un agresseur ? 

Protéger-sa-peau-du-soleil

Le soleil et la peau

Le soleil n’est pas l’agresseur terrible que l’on nous décrit aujourd’hui dans tous les médias. Dans le règne végétal, il est un allié indispensable à la germination, de la croissance, de la floraison et de la fructification. Pourquoi devrions-nous le craindre alors que nous pouvons en profiter avec sagesse. On sait à quel point il est important pour l’homme, en serait-ce que pour la synthèse de vitamine D qu’il provoque, cette substance si essentielle pour notre santé.
Se protéger pour en profiter…
Lorsque nous nous exposons au soleil, nous pensons surtout à protéger notre peau des brûlures. Mais l’exposition prolongée au soleil, même si elle ne se traduit en surface que par un hâle séduisant a bien d’autres effets sur l’organisme. Elle accélère d’abord la transpiration et assèche toutes les cellules – et pas seulement celles de la peau – limitant ainsi les échanges cellulaires et accélérant le phénomène de vieillissement. L’action du soleil mobilise également notre système immunitaire, et bouleverse le fonctionnement habituel de la circulation sanguine. Il n’y a rien de dramatique dans tout cela, à condition d’en avoir conscience et de se prémunir sagement. Il faut donc envisager de se protéger de plusieurs manières.

Comment bien protéger sa peau du soleil ?

protéger-sa-peau-du-soleilC’est une évidence, la première protection doit être offerte à notre peau. Cependant il faut rester prudent sur le choix de votre crème solaire. A l’heure actuelle, de nombreux produits contiennent des substances qui perturbent le système endocrinien, en voici quelques exemples :
– Oxybenzone (BP-3 ou BZ-3)
– Benzophénones (BP-1, BP-2, BP-3 ou BZ-3, Escalol 567, Uvinul M40, Uvasorb Met)
– Octyl-méthoxycinnamate (OMC)
– 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC)
– 3-benzylidène camphre (3-BC)

Privilégiez les produits solaires bios et naturels à base de plantes pour éviter les coups de soleil, mais aussi un vieillissement prématuré. Choisissez l’indice de protection en fonction de votre teint et de votre sensibilité et appliquez toutes les deux heures lors de l’exposition.

L’eau facteur de santé pour protéger sa peau du soleil tout naturellement

proteger-sa-peau-du-soleil

 

En été, boire beaucoup semble être un moyen efficace de se protéger de la déshydratation. Mais, on oublie souvent que toutes les eaux ne se valent pas. Grâce aux travaux de nombreux chercheurs non conventionnels, on a découvert que la vie a besoin de molécules d’eau pour leur capacité à transporter des informations vibratoires. C’est le principe fondamental de l’homéopathie. Lois Claude Vin¬cent, mais aussi Etienne Guillé ont précédé les travaux de bien des chercheurs qui continuent de mettre en évidence le rôle d’eaux faiblement minéralisées consommées en petites cures renouvelables : par exemple une semaine sur deux. Leur intérêt réside dans l’action sur des paramètres biologiques rarement pris en compte comme le rh2, ou la conductivité. C’est aussi avec ces eaux particulières qu’on a remarqué un effet anti-vieillissement sur le long terme. Ce sont enfin des eaux qui répondent le mieux aux échanges à travers les membranes cellulaires. A une échelle physiologique, elles adapteront au mieux notre organisme devant une nécessaire transpiration lors d’une exposition au soleil.

 

 

Des caroténoïdes… dans chaque assiette

proteger-sa-peau-du-soleil

Bien sûr, sur le menu du restaurant, vous ne verrez jamais marqué « caroténoïdes en salade » ou « gratin de caroténoïdes » !

Pourtant, ce sont des molécules répandues partout dans le monde végétal. on les retrouve dans tous les tissus voués à la photosynthèse : les feuilles et les parties vertes des plantes. Les caroténoïdes se retrouvent aussi dans les fleurs (le souci), les graines (le rocou, une plante bien connue pour la protection solaire en est très riche) les fruits (le maïs, ou la tomate qui contient le lycopène), et enfin les racines (la célèbre carotte a donné le nom aux caroténoïdes). Parmi tous les caroténoïdes, le bêta-carotène (dégradé dans l’intestin en vitamine A) est unanimement reconnu pour son effet protecteur de la peau. Bien que les compléments alimentaires qui en contiennent des doses concentrées ne fassent pas l’unanimité de la communauté scientifique vis à vis des maladies dégénératives comme le cancer, ces merveilleuses molécules jouent chez nous le même rôle protecteur contre les radiations solaires que chez le végétal. Ce sont aussi des anti-radicalaires et des anti-oxydants vis-à-vis du radical peroxyl.

Concrètement, la première démarche protectrice est donc de veiller à une alimentation riche en légumes feuilles et légumes verts. Ces aliments apportent aussi d’autres vitamines, des fibres, des minéraux et corrige le pH au profit d’un bon équilibre acido-basique.

En cas d’urgence : tomate et pomme de terre sont aussi des bons moyens pour protéger sa peau du soleil…

Malgré toutes les précautions, il se peut que vous soyez quand même brûlé par le soleil. Dans ce cas, utilisez les recettes de nos anciens :

La tomate : choisir une tomate bien mûre, qui serait même presque trop mûre. Couper la en deux et l’appliquer sur la brûlure ; son contact calmera le feu et évitera une évolution négative des radiations solaires. On pourra aussi utiliser cette recette sur de petites brûlures ou des brûlures légères qui ne sont pas forcément dues au soleil. La théorie des signatures se voit encore une fois vérifiée : un fruit qui devient rouge par exposition et qui mûrit au soleil, est tout indiqué face à un mal qui est dû à une surexposition au soleil.

La pomme de terre : on l’emploiera de la même façon et on appliquera son jus chargé d’amidon sur une brûlure ou une peau sensibilisée au soleil.
Alors profitez des bienfaits du soleil en vous protégeant. Et comme le dit si bien Paracelse « c’est la dose qui fait le poison ».

 

L’été est aussi l’occasion pour chacun d’entre nous d’exposer son corps au regard des autres, découvrez si ce n’est pas déjà fait notre article Solutions pour mincir : la méthode anti-méthodes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>