fetes

Profiter pleinement des fêtes sans se priver, c’est possible !

Les fêtes de fin d’année sont un bon prétexte pour toutes les démesures. Orgies de nourriture copieusement arrosées, excès de toutes sortes… C’est pourtant à cette époque précise de l’année que l’organisme a besoin de stabilité, et qu’il consacre toute son activité à préserver ses stocks énergétiques. Il est possible de profiter pleinement des fêtes sans se priver et sans épuiser ses réserves.

Chaque année c’est pareil ! Pendant onze mois, nous vivons le quotidien avec tous ses inconvénients de contraintes : des mauvaises nouvelles aux actualités, de la routine qu’on aimerait faire changer, un avenir qu’on nous présente sombre, bref, vivement Noël !

Profiter pleinement des fêtesTandis que bien des animaux et des plantes sont entrés dans une phase de dormance, les hommes, eux, se livrent en fin d’année à une activité intense, proche de la frénésie. Au travail, il faut boucler dans l’urgence les derniers dossiers, en prévision d’un redémarrage «sur les chapeaux de roues »en janvier. A la maison, il faut d’urgence préparer les fêtes. Bousculades dans les magasins, course aux cadeaux, préparatifs de vacances pour certains, repas arrosés, nuits écourtées : qu’on le veuille ou pas, la fin de l’année ne nous laissera aucun répit.

La sagesse devrait pourtant nous commander d’être plus économe de notre énergie.

Le froid et la faible exposition à la lumière indiquent en effet à nos organismes que l’heure est venue de lever le pied. Toute l’activité métabolique est sollicitée pour s’adapter à ce changement d’environnement : le corps entre dans une phase de protection et de gestion rigoureuse de ses ressources.
Faut-il alors bouder le repas de Noël, se priver de chocolats, dormir toute la journée, refuser de trinquer, se coucher au premier coup de minuit le 31 décembre ? Aucun d’entre nous n’envisage de renoncer à une vie sociale harmonieuse et festive pour la seule satisfaction d’avoir respecté son rythme biologique. Il est possible, toutefois, de profiter pleinement des fêtes sans s’épuiser, de célébrer sans gaspiller, de partager sans tout donner.

Quelques règles d’hygiène simples et l’utilisation raisonnée de plantes peuvent nous y aider.

 

Pour profiter pleinement des fêtes, si on hibernait un peu ?

Profiter pleinement des fêtes-sommeilJouer la carte marmotte, c’est d’abord dormir. Voilà un conseil que vous pouvez facilement mettre en œuvre. L’homme n’hiberne pas comme certains autres animaux à sang chaud mais il doit néanmoins économiser de l’énergie : le sommeil est le meilleur moyen de le faire. Prévoyez des nuits longues et ajoutez-y des siestes les jours de fêtes.

Hiberner, c’est ensuite modérer ses dépenses physiques. Les sports d’hiver étant générateurs de sensations fortes, difficile de se raisonner. Les danses échevelées créent et entretiennent l’euphorie. Dans l’un et l’autre cas, prenez un temps de repos dès la première suée, n’allez ja- mais jusqu’à l’essoufflement.

 

Et souvenez-vous que vos réserves commencent à être entamées dès la 20e minute d’effort soutenu et ininterrompu.

Ne cherchez pas à maigrir (ou à garder la ligne pour être la plus belle au soir du réveillon). L’hiver se prête mal aux régimes, surtout s’ils sont brutaux. Le printemps est la saison que la nature a prévue pour ce genre d’exercice. L’automne a permis de faire des réserves, l’hiver doit les économiser.

Mangez des fruits et légumes de saison et pensez toujours à procurer à votre organisme une bonne dose de lipides. Ce sont les réserves énergétiques dans lesquelles puisera votre organisme pour compenser vos excès. Imaginez-vous que vous possédez un réservoir de lipides. Il doit être toujours plein aux 2/3. Evitez ainsi soigneusement de le vider, puis de le remplir par à-coups. En revanche, méfiez-vous des glucides qui ne procurent qu’une « impression d’énergie »à l’organisme. Les sucreries et les alcools en font partie, malheureusement.

Buvez un verre sur deux et préférez les fruits aux gâteaux et aux chocolats. C’est le seul conseil que je puisse vous donner (tout en sachant que peu le respecterons).

 

Profiter pleinement des fêtes et surveiller sa digestion ne sont pas incompatibles !

Profiter pleinement des fêtes-FoieCes premières précautions vous éviteront bien des déconvenues à la rentrée. Mais il est possible d’aller encore plus loin, pour faire du mois de janvier un vrai mois de reprise, sans vous traîner comme ceux qui auront consumé leur énergie en quelques jours.

Premier objectif, la digestion. Pour la soutenir, cela passe en premier par un soutien du foie, le grand maître d’œuvre. Les surcharges alimentaires, l’alcool, le froid et le stress sont capables de mettre à mal sa vitalité. Durant les fêtes, on cumule malheureusement tous ces agresseurs de la digestion. Avant, pendant et après ces périodes d’effervescence, les plantes reconnues bonnes pour le foie seront tout indiquées. Le chardon Marie ou le chrysanthellum aideront à limiter les conséquences néfastes des excès et pourront même éviter parfois… la gueule de bois.

 

Bien sûr, n’attendez pas sur ces plantes pour supporter tous les excès, la modération est votre meilleur allié comme de boire de l’eau qui favorise l’’élimination.

 

Pour profiter pleinement des fêtes n’oubliez pas lorange, le fruit de Noël par excellence !

Profiter pleinement des fêtes-orangeCe n’est pas un hasard si l’orange, avant que l’on en trouve partout, était, avec la clémentine, l’un des fruits que l’on offrait en cadeau à Noël. On le sait, l’orange est naturellement stimulante pour l’organisme par sa forte teneur en vitamine C, ce qui est très utile en hiver. Les acides organiques naturels de l’orange vont aussi exciter les sécrétions digestives, et faciliter une bonne assimilation des aliments. D’où l’intérêt d’une orange prise en dessert, surtout à la fin d’un repas copieux.

Par ailleurs, l’orange participe indirectement au rééquilibrage du Ph de l’organisme. Une alimentation trop riche en viande a un effet acidifiant. L’apport acide supplémentaire de l’orange va donner le signal à l’organisme qu’il est temps de puiser dans son stock de minéraux pour libérer des bases capables de compenser les déchets acidifiants en excès. L’orange est donc le fruit complémentaire des excès de table.

En revanche, une consommation régulière d’oranges dans les périodes d’hiver aboutit à l’effet inverse, car l’organisme, toujours sollicité pour puiser dans ses réserves minérales (calcium, magnésium, potassium) va cette fois les épuiser.

Ce qui vaut pour un jour de fête ne vaut pas pour toute une saison.

Vivez au mieux la transition

Avec les conseils donnés plus avant, faire la marmotte et soutenir notre digestion, les bases seront déjà là pour une énergie positive.

L’approche des fêtes de fin d’année est aussi une période de riches contacts et d’échanges importants avec ses proches et ses amis. Sur le plan relationnel également, il convient d’être en forme ! Il faut mettre toutes les chances de votre côté pour profiter au mieux de cette transition de fin d’année.

Pour cela, on peut tirer profit de cures de plantes qui soutiennent de manière globale nos équilibres internes. Citons la grande famille des plantes adaptogènes comme la rhodiola, l’astragale, le ginseng, la pfaffia, ou l’éleuthérocoque, mais je recommanderais tout particulièrement la schisandra, appelée la baies des 5 saveurs…Un surnom qui accompagne merveilleusement les fêtes, où les saveurs sont des plus variées.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>