Lévothyrox

C’est officiel : avec l’affaire du Lévothyrox, les Français deviennent des cobayes.

Un cobaye, c’est un animal dans une cage, et cette cage elle-même placée dans un espace qu’on appelle laboratoire… Et le devenir de cet animal est la mort par sadisme scientifique…

Un Français, homme ou femme, c’est un humain qu’on place dans un état de dépendance, lui-même contrôlé par une instance officielle qui s’appelle l’ANSM ! Et le devenir du Français c’est la mort par intérêt financier caché…

Pour preuve : le Lévothyrox est un médicament à visée hormonale. Il est indispensable pour équilibrer la thyroxine chez des personnes qui présentent une thyroïde défaillante ou carrément enlevée chirurgicalement. Sans Lévothyrox, un malade dans le besoin peut mourir…

Aujourd’hui plus de trois millions de personnes prennent du Lévothyrox, sans autre alternative que de continuer à le consommer à vie. Et donc de l’acheter, et donc de se le faire rembourser par la Sécu… Mais pour soi-disant faire des économies, on a inventé les génériques. Vous en avez tous entendu parler.

Sauf que les génériques doivent avoir pour but d’être moins cher…

Et c’est là que le bât blesse. Comme le rappelle l’association Française des malades de la thyroïde, (http://www.asso-malades-thyroide.fr), une boite de Lévothyrox coûte 2,74 euro… et une boite du générique entre 2.11 et 2.17. Quelle énOrme économie fait-on pas  !!! Mais quand on passe d’une formule à l’autre, des différences de teneur de principes actifs sont possibles. Ils sont même inévitables, car la durée de demi vie de la molécule n’est pas la même d’un médicament à l’autre. Il faut donc faire un dosage (qui coûte 17 euros… Si, SI vous avez bien lu !!!), et donc une prise de sang (elle-même payante !!!), et, bien sûr, si tout ne va pas bien, ce qui parait évident au commun des mortels… on se lance alors dans un suivi avec des prises de sang répétées jusqu’à obtenir un dosage personnalisé convenable. Bonjour l’économie !!! Bon sang, où sont passés nos experts de l’ENA ?

Mais le scandale de l’affaire ne s’arrête pas là, loin s’en faut. Comme le Lévothyrox fabriqué par Merck a une stabilité meilleure que les génériques, l’ANSM a eu le toupet de demander à Merck de modifier sa formule de départ pour se caler sur celle de ses concurrents… On se retrouve aujourd’hui avec un produit qui était bon et qui devient une vraie m…. parce qu’on croit que c’est de cette façon que l’on fait des économies… Et bien sûr, pour tous les Français qui prennent du Lévothyrox, c’est la panique : les effets indésirables arrivent et tout est à refaire…

L’association Française des malades de la thyroïde a adressé une lettre ouverte à notre président Mr Macron en demandant la démission du directeur de l’ANSM. Je ne peux que les soutenir.

Je propose même qu’on mette en cage ce Monsieur… comme un cobaye. Pas comme un Français.

 

PS : le plus grotesque dans cette histoire est que le cas Français est un cas isolé. Les autres pays ont eu la sagesse de faire autrement. Ils ont abandonné l’idée d’un générique pour le Lévothyrox. Pourquoi ne pas faire racheter par l’Etat les droits de Merck sur ce produit et en garantir un prix encore plus bas ainsi ? Ah oui, c’est vrai, l’économie de marché, les règles Européennes, et je ne sais quoi encore rendent impossibles un tel raisonnement…

7 réflexions au sujet de « C’est officiel : avec l’affaire du Lévothyrox, les Français deviennent des cobayes. »

  1. renard françoise

    mon médecin ne crois pas a ces effets indésirables mais elle m’a prescrit un médicament homéopathique pour voire si !!! je ne sais pas si je suis objective mais je pense avoir eu des troubles quand je suis passée du générique a l’officiel puis encore plus quand j’ai eu la nouvelle formule.mais comment savoir ??je vais essayer ce médicament :thyroid(inum.ea)

    Répondre
  2. ODEIDE MARLENE

    Bonjour,

    Il y a-t-il une alternative, pouvez vous me dire si on peut avoir le nom d’une plante ou un complexe naturel
    qui pourrait y remédier car j’ai une copine qui souffre énormément de ce nouveau médicament (perte de cheveux, agressivité, manque de sommeil, vertige) elle n’est pas bien en ce moment.
    Je vous remercie pour votre aide
    Bien à vous
    Marlène ODEÏDE

    Répondre
    1. Natura Mundi

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Malheureusement, les solutions naturelles sont limitées lorsque la thyroïde ne fonctionne plus ou n’est plus là. C’est là toute la tragédie de cette situation car certaines personnes sont bel et bien dépendantes malgré elles. Dans certains cas il est possible de rechercher le soutien de plantes mais aucune n’est équivalente à l’action du médicament et il est toujours important d’être suivi médicalement.
      En attentant, vous savez peut être que de nouvelles spécialités de levothyroxine arriveront d’ici quelques semaines sur le marché français et que très bientôt, « des stocks européens de l’ancienne formulation du laboratoire MERCK seront mis à disposition sur prescription médicale pour les patients présentant des effets indésirables persistants. A terme, cette formulation du Levothyrox ne sera plus disponible et cette solution est donc temporaire » comme le signale Agnès Buzyn dans son communiqué de presse.

      Répondre
  3. CASTEL Paulette

    Merci Monsieur ASTIER . On devrait renommer ANSM par ANDE (des empoisonneurs Ils nous ont dit que le nuage d TCHERNOBYL s’était arrêté à nos frontières? Aujourd’hui par leur incompétences nous sommes des millions à prendre à vie du LEVOTHYROX. On nous empoisonne à dose homéopathique tout les jours pour le profit d’un laboratoire. Combien de subventions Merck verse à l’ANSM. Combien de morts faudra-t-il pour que ces fonctionnaires réagissent? Trop c’est Trop..
    Cordialement

    Répondre
  4. Krys Av

    Bonjour,
    Opérée il y a plus de 20 ans je n’ai pas le choix, j’ai besoin de Lévothyrox.
    Lorsque l’on a voulu m’obliger à prendre le générique il y a environ 3 ans ça été la pagaille pour moi, des taux de TSH très bizarre. Heureusement j’avais une preuve.
    Depuis un an je n’ai pas arrêté de changer le dosage, je ne comprenais pas… mais tout s’explique, encore une fois, on n’a pas le choix, on est non seulement des cobayes mais aussi des « imbéciles » auprès du corps médical quand on dit qu’il y a un problème… et je suis infirmière alors ce n’est pas pour critiquer l’engagement des vrais soignants. La liberté de pensée et de ce que l’on fait de sa santé n’existe absolument pas. On est libre de fumer mais pas libre de se soigner correctement. Chercher l’erreur !

    Répondre
  5. larroque

    une honte, mais en plus le fait est, que nos pharmaciens nos docteurs sont au courant et personne ne dit stop a l ‘ ANSM en pensant a la santé de leurs clients de leurs patients ,personne ne pense aux conséquences physiques, psychologiques, physiologiques des personnes atteintes .
    Après le scandale du laboratoire Servier maintenant Merck qui lui aussi ne protège pas ses clients, eux aussi n ‘ ont pas d ‘éthique , je crois que sincèrement il faut faire du nettoyage , que les gens responsables de ce genre de décision soient condamnés à la hauteur des dégâts fait aux personnes atteintes par se dérèglement thyroïdien ;

    Répondre
  6. Le Bournault

    Je ne comprenais pas pourquoi depuis plusieurs mois j’avais des symptômes inhabituels : maux de tête, douleurs dans les articulations, insomnies,… jusqu’à ce que le scandale éclate. Que peut on faire face à un gouvernement qui raisonne uniquement en « euros » ?? et qui se moque bien de notre santé et de celle de nos enfants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>