Arret-tabac

Arrêt du tabac en 2017 ?

Vous venez d’arrêter de fumer et le manque est difficile à gérer ? Peut-être prévoyez-vous de rompre avec le tabac en 2017 ? Ou connaissez-vous un proche qui s’apprête à franchir ce pas courageux… A chaque défi, sa solution. Voici nos conseils d’experts en naturo-herboristerie pour l’arrêt du tabac.
Un de nos articles précédent a déjà traité le sujet des addictions au sens large. Il vous sera utile pour comprendre et évaluer votre propre dépendance. Ici, attelons-nous à trouver des solutions concrètes, soit pour pallier le manque, si vous avez déjà arrêté, soit pour débuter un sevrage.
Rappelons que le sevrage tabagique doit être encadré par un docteur en médecine. Mais rien ne nous interdit de recourir, en complément, aux solutions naturelles.

Vous avez arrêté ? Félicitations et… bon courage !

Oui bon courage, car si vous n’avez pas été préparé… Aïe ! Le manque est difficile à maîtriser et une foule de sensations désagréables peuvent vous faire craquer à la moindre occasion. Pourquoi ? Parce que primo, les toxines du tabac, notamment la nicotine, est encore présente dans votre corps. Et secundo, que vous êtes programmés pour lui en instiller régulièrement. La réponse d’urgence est donc triple:

alimentation-arrêt-du-tabac

  1. Modifiez votre alimentation. Elle peut être source de substances qui ciblent des récepteurs nerveux similaires à la nicotine. Viande rouge, charcuterie, boissons dites « énergisantes », sucre raffiné et tous les aliments excitants comme le thé, le café, le maté ou le guarana en sont une source. Les supprimer, au moins pour quelques mois, est d’une grande aide pour éviter la sensation de manque. Parallèlement, consommez à foison des légumes riches en fibres pour éliminer.
  1. Drainez vos émonctoires pour accélérer l’élimination de ces toxines et chasser au plus vite la sensation de manque. Offrez-vous une cure de plantes drainantes, apaisantes et détoxifiantes. Par exemple, le chardon Marie qui aide à éliminer les substances toxiques de l’organisme ou l’aunée qui stimule les fonctions d’élimination. L’anis vert quant à lui aide à éliminer l’inconfort respiratoire. L’aubépine réduit la nervosité chez les adultes. Ces plantes sont réunies dans cette tisane avec d’autres compagnes utiles comme le plantain, la réglisse, la feuille de myrtille, de framboisier. Une cure de 1 à 2 mois est souvent nécessaire, à renouveler si le besoin s’en fait sentir. Une cure de drainage permet aussi d’éviter la sensation de fatigue souvent associée au sevrage. N’oubliez pas de boire davantage d’eau, pour drainer également.
  1. Apaisez votre système nerveux. La sensation de manque met les nerfs à vifs, et il est nécessaire de relâcher les tensions. Le kudzu est une plante phare en médecine chinoise pour aider dans la plupart des addictions, notamment lors de sevrage alcoolique et tabagique. Il intervient notamment sur l’équilibre de neurotransmetteurs comme la dopamine, la sérotonine et le GABA.

L’arrêt du tabac ? Comme pour un marathon : préparation !

arrêt-du-tabac-sportSe préparer à l’arrêt du tabac présente plusieurs avantages. Cela réduit le risque de rechute. La sensation de manque est beaucoup moins présente, voire pas du tout pour certains. Enfin, le stress ressenti est bien moindre, à la hauteur de son investissement… dans la préparation !
Question protocole, l’idée est globalement identique à celle que nous avons évoqué plus haut, lorsque l’arrêt est en cours sauf qu’on s’y prendra avant le jour J.

Préparez-vous ainsi les trois jours qui précèdent l’arrêt du tabac :

  1. Éliminez les sources d’excitants riches en éléments puriques comme cité plus haut (viande rouge, café, thé) ainsi que les aliments sucrés.
  2. Consommez beaucoup de légumes, l’idéal étant même de ne consommer QUE des légumes durant les 3 premiers jours du sevrage. Cette diète permet souvent un sevrage d’une facilité spectaculaire !
  3. Drainez avec une tisane prévue à cet effet.
  4. Aidez votre système nerveux à faire face avec le kudzu. Consommé sous forme de complément alimentaire en gélule, il est toujours utile dans le cadre d’un sevrage tabagique.

3 réflexions au sujet de « Arrêt du tabac en 2017 ? »

  1. Ditté

    Bonjour et BON COURAGE à ceux qui décident de s’arrêter de fumer. J’ai 83 ans et depuis 45 ans je ne fume plus.Cela a été une décision dure mais inflexible. Un matin en me levant j’ai décidé d’arrêter, mon mari, le premier, s’est moqué de moi me disant que j’étais intoxiquée avec un paquet par jour et avalant la fumée et que je n’y arriverai pas. Un défi, je l’ai relevé et j’ai tenu bon devant un mari continuant à fumer sa cigarette du matin (la meilleure) devant sa tasse de café. J’ai remplacé le café par une bonne tasse de chocolat, c’était tellement meilleur que cet infâme breuvage (pardon pour les addicts) et puis j’ai tenu bon. J’avoue que pendant une quinzaine de jours mon humeur s’en est ressentie. J’avais alors quatre enfants à la maison.Il ne fallait pas me contrarier. Et puis, petit à petit les choses se sont aplanies.Nous sommes partis en vacances un mois plus tard. Les promenades en Aveyron m’ont fait énormément de bien à tel point que depuis je ne supporte plus l’odeur du tabac. De la volonté, beaucoup de VOLONTÉ et vous y arriverez. Beaucoup de fumeurs ont fait la même chose. Courage.

    Répondre
  2. UgoZan

    Témoignage rapide: j’ai arrêté il y a un an et demi, du jour au lendemain. Durant deux ans, j’ai essayé à de nombreuses reprises, mais c’était toujours très difficile (je porte une adoration toute particulière pour le café, et bien entendu feu la cigarette). Mais là j’ai arrêté en faisant une cure, une sorte de jeûne un peu moins extrême: trois jours de raisin, entourés de deux fois deus jours de légumes (sans matières grasses, et QUE des légumes). Le tout avec beaucoup beaucoup d’eau et de tisanes. Truc de ouf: j’ai l’impression que ça a été facile d’arrêter! Bon le jeûne n’est pas forcément obligatoire je pense, mais moi ça m’a grave aidé. Je raconte ça en réaction à ce que j’ai lu plus haut: je trouve ça difficile de comprendre à quel point des aliments qu’on a l’habitude de manger (et qui ne sont pas forcément mauvais), peuvent avoir une influence sur ce que l’on ressent, et surtout au niveau de la concentration, de l’excitation, etc…Voilà. Par contre je bois toujours du café. C’est quand même trop bon saperlipopette.

    Répondre
  3. Hypno180

    Je suis tombée sur votre article par hasard et je l’ai vraiment apprécié. C’est vrai qu’arrêter de fumer ce n’est pas évident, le tout est de se préparer et se mettre en condition comme un marathon pour se dépasser :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>